Des choses et d’autres

Hello !

Un petit article qui sera surement un petit peu court pour parler de différentes choses, mais aussi pour vous expliquer un petit peu pourquoi cela fait plus d’une semaine que je ne suis pas passée par ici.

En ce moment, je ne vais pas vous le cacher, c’est un petit peu – beaucoup, en fait – la course. Je participe à plusieurs projets chronophages et, contrairement à ce que j’aurai pu penser il y a peu de temps, je me suis mise à jouer à 2048. Ma vie est donc fichue, oui oui, c’est ça. (Notez s’il vous plait que je ne comprend toujours pas l’intérêt de ce jeu, mais passons.)

Mes petits projets, donc. Le premier, et pas des moindres, c’est le MOOC Journalisme et Réseaux Sociaux. Un MOOC, ou Massive Open Online Courses, kézaco ? Ce sont tout simplement des cours en ligne, souvent gratuits, parfois organisés par des facs ou autres organismes divers et variés. J’ai choisi de participer à celui sur les réseaux sociaux car il complète de façon intéressante ma précédente formation, ni plus ni moins. Un MOOC représente une charge de travaille relativement importante. Il faut compter entre trois et six heures de travail par semaine environ. Et ce depuis quatre semaines maintenant. Autant vous dire qu’entre ça, le travail, mes loisirs, les repas entre amis … il ne me reste plus beaucoup de temps !

Le MOOC Journalisme et Réseaux Sociaux est animé par Sophie Caillat, journaliste à Rue 89. Le principe est assez simple : 1 semaine, 5 vidéos de cours et des annexes à étudier, 1 QCM. Si l’on obtient plus de 70% de bonnes réponses au QCM, on obtient un badge virtuel qui atteste que l’on a bel et bien validé la semaine. Il faut bien sur valider une semaine pour passer à la suivante. Il y a une cinquième et dernière semaine optionnelle, à la quelle je me suis inscrite. Il s’agit d’une étude de cas nous demandant de mettre en pratique ce que nous avons appris durant les quatre semaines précédentes et de lancer, ainsi, une stratégie de communication en ligne d’une entreprise, réelle ou imaginée. Je vous laisse imaginer le temps que ce petit exercice va me prendre au cours de la semaine … Je pars bien entendu sur une entreprise qui n’existe pas, ce qui veut également dire qu’il va falloir que je créé une charte graphique qui tienne la route, surement un blog, les comptes sur divers réseaux sociaux, les animer … Oskour.

Second projet qui me prend un temps fou : une pièce de théâtre que je joue pour la toute première fois demain. J’ai suivi, depuis le début de l’année scolaire, un cour de théâtre avec comme but de monter une pièce. Ceci étant fait, il va maintenant falloir monter pour de bon sur les planches. Je joue donc jeudi et samedi. Pour d’éventuels angevins, c’est dans le cadre du festival Theatratati. C’est donc à la salle Claude Chabrol, jeudi et samedi à 21h45. La pièce jouée est L’Orchestre, de Jean Anouilh, une comédie noire grinçante à souhait. Cette pièce me prend peut être moins de temps que le MOOC, mais depuis quatre semaines, il a fallu doubler les répétitions : hop hop hop, deux par semaines, et que ça saute ! Et pour ceux qui suivraient, oui oui oui, le MOOC a bien débuté en même temps.

Troisième – et dernier – projet, professionnel celui ci ! On m’a demandé, au travail – je suis animatrice en école primaire et maternelle. Mais siiiii, je vous l’avais déjà dit – de participer au spectacle de fin d’année. C’est génial, c’est hyper intéressant et ça permet de travailler tant avec les enfants qu’avec le corps enseignant, mais ça prend du temps. Si si, vraiment. Dois-je également préciser que les vacances d’été arrive à grand pas et que c’est le moment ou les animateurs préparent les programmes d’activités, les sorties, tout ça, tout ça ?

Pour finir, quelques petits points en vrac :

  • J’ai découvert les joies de la detox water. C’est par ici, sur le magnifique blog de Carnet Prune, que ça se passe. Sa recette, aux framboises, citron vert et menthe est délicieuse. Pour ma part je suis devenue accro à un mélange d’orange et de citron vert. Rafraichissant et plein de vitamines : que demander de plus ?
  • Je me suis remise au Jeu de Rôle sur forum. C’est encore tout doux, je participe au forum avec le peu de temps qu’il me reste, mais ça me plait toujours autant. C’est du Hunger Games, ce coup ci. Très différent de ce que j’avais l’habitude de jouer, ça me plait beaucoup ! Le forum est beau, les gens sont sympa, et mon personnage, une gamine de 16 ans, vient d’être choisie pour participer aux Jeux. Joie de la joueuse, désespoir du personnage.
  • J’ai commencé à lire de la BD. Je vous en avait déjà parlé, il s’agit de East of West. C’est étrange, ce n’est pas ce que j’ai l’habitude de lire et ça fait tout drôle. Je vous en parlerai d’avantage quand j’aurai terminé le premier tome !

Sur ce, il va falloir que je songe très sérieusement à me préparer pour filer au centre de loisir. A très vite !

Ces choses que je ne comprends pas.

Hello !

Bon, aujourd’hui, c’est le moment de faire un petit listing de toutes ces choses que je ne comprends pas. Il n’y en a pas tant que ça, mais tout de même ! Certaines me turlupine, et j’aimerai pouvoir avoir deux, trois avis par ci par là sur certaines choses.

Games of Thrones, fantasy au possible mais non, ça ne passe pas …

  • Games of Throne. Cet engouement pour cette série me dépasse. Pour ma défense, parce que je ne vais tout de même pas me laisser taper dessus sans rien dire, je n’ai jamais été une grande fan de série. Au contraire, même ! J’aime les séries courtes et efficaces, avec peu de saisons et peu d’épisodes. Un exemple concret ? Sherlock Holmes, par la BBC. Bons acteurs, bon jeu, très belles images, scénario au poil – du moins pour les deux premières saisons. Mais Games of Throne … Attention, j’ai essayé ! Les quatre ou cinq premiers épisodes ne m’ont pas convaincue du tout, ni les quelques extraits que j’ai pu voir à gauche à droite. En fait, je ne comprends pas pourquoi une série alliant sexe et violence rassemble à ce point. Ça me dépasse, voilà ! Mais si vous avez une bribe d’explication, je suis preneuse !

Par contre, le design est mignon, ça oui !

  • 2048. Ok, pour le coup, je ne m’y suis pas intéressée. Mais … Gné ?! Un jeu avec plein de chiffres ? A première vue, en regardant une … comment qu’on appelle ça ? J’aurai tendance à dire grille, comme pour les sudoku, alors allons-y. A première vue, en regardant une grille, on ne comprends strictement rien. Y’a un but ? Un truc à faire ? Qu’est ce qu’on gagne ? Non, je sais bien que ce n’est qu’un jeu mais … gné ? La, non, vraiment … Pour ma défense – encore, hé oui – je n’ai jamais aimé les chiffres. Jamais ! Pour le coup, je suis plus que perplexe et je cours après un avis sur le sujet ! Si jamais quelqu’un est dingue de 2048, qu’il ou qu’elle se fasse connaitre !

Mais encore une fois, on ne peut pas nier que c’est plutôt joli.

  • Les sushis. C’est cru, et c’est du poisson. J’estime presque que ça devrait se passer de commentaire, mais alors dans ce cas … Pourquoi tout le monde raffole des sushis ?! Oui, aujourd’hui, c’est le jour des grands questionnements, attention.

Vous voyez qu’ils ont l’air cool !

  • Les gens qui trouvent que les gamins, c’est relou. Voire pire. Bon, je suis de parti pris, diront certains. Certes. Pour ceux qui ne le savent pas, je suis animatrice en école maternelle et primaire. Et en centre de loisir, oui M’sieur-Dâme ! Même que j’adore ça, voilà, voilà. Les enfants sont intéressants. Presque enrichissants. Ils portent sur le monde un regard neuf, un regard qu’on a perdu depuis bien longtemps, pauvres adultes que nous sommes ! Ils sont enthousiastes – presque toujours – sympa – assez souvent – et mignons – la plupart du temps. Et comme Pénélope Bagieu en parle super bien dans un  de ses supers articles, je lui laisse la parole sur ce coup là !

Ce sera tout pour aujourd’hui – même s’il y a encore des questions qui persistent, et d’autres interrogations dans un coin de ma tête. Si vous êtes fans des sushis, de Games of Throne ou de 2048 – ou que vous n’aimez pas les enfants – n’hésitez pas à nous faire partager vos points de vue !

Chronique Littéraire – La Quête d’Ewilan

Hello !

Bien, il semble inutile, à présent, d’affirmer que je posterai cette fameuse chronique littéraire chaque semaine à jour fixe. Mes disponibilités dépendant clairement de mon emploi du temps – et donc du travail – mes articles seront donc un petit peu aléatoires. Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses !

Je me suis replongée voilà peu de temps dans un ouvrage que j’ai beaucoup lu et beaucoup aimé lorsque j’étais adolescente. Vous remarquerez au passage que la littérature jeunesse, c’est un peu mon grand dada ! Tout comme A comme Association, il s’agit d’une saga fantastique. Je suis donc en train de relire pour la énième fois – au moins – La Quête d’Ewilan.

Chronique Littéraire – La Quête d’Ewilan

La trilogie est signée Pierre Bottero. Il s’agit de très loin d’un des auteurs de littérature jeunesse que j’apprécie le plus. Il a su, avec cette trilogie, mettre en place un univers parallèle riche et complet. Ewilan, c’est une gamine de quatorze ans qui découvre qu’elle vient d’un autre monde : Gwendalavir. Elle y passe par mégarde et dès lors, c’est le drame : gardes en armure, soldat, grosses bestioles peu sympathiques et charrettes de bois, l’univers que nous dépeint Pierre Bottero est clairement médiéval – et ça tombe bien, c’est ce que j’affectionne tout particulièrement. Ewilan a la mission de sauver ses parents, deux personnes influentes ayant le pouvoir de sauver ce monde que la jeune fille découvre, ébahie.

Cette première mission se déroule en trois tomes – et bien entendue, la trilogie est suivie d’une seconde, intitulée très simplement Les Mondes d’Ewilan. Par la suite, Pierre Bottero écrit Le Pacte des Marchombres. Ewilan n’est pas le personnage principal de cette nouvelle saga, mais Le Pacte des Marchombres nous permet de découvrir de nouvelles choses sur Gwendalavir : au final, c’est un ensemble d’ouvrages qui nous livre un monde entier, bien pensé et parfaitement organisé.

Pourquoi j’aime ?

  • Tout simplement parce que ces histoires m’ont faites rêver durant des années : hors de question de tirer un trait dessus si facilement. Littérature jeunesse ou pas.
  • Parce que, comme vous l’aurez comprit, le monde de Pierre Bottero est extrêmement riche. Castes sociales, métiers, carte et histoire de Gwendalavir, peuples qui y vivent … Tout y est, décrit de manière claire et explicite.
  • Parce qu’encore une fois, Pierre Bottero nous prouve que la littérature jeunesse peut être variée et surtout très bien écrite. Bien sur, il y a des choses un petit peu tirées par les cheveux, comme le fait qu’Ewilan s’habitue à son nouveau monde en 24h top chrono, mais si ce n’est  que ça …

Chronique Littéraire – Les Mondes d’Ewilan

Chronique Littéraire – Le Pacte des Marchombres

J’en ai déjà parlé dans mon article Chronique Littéraire – A comme Association, mais Pierre Bottero nous a quitté en novembre 2009, à la suite d’un accident de moto. Il nous laisse une œuvre aussi riche et variée que l’univers de Gwendalavir. S’il est très connu pour sa saga construite autour d’Ewilan, cet auteur jeunesse n’a cependant pas fait que ça. Notons au passage Tour B2 mon amour, un ouvrage jeunesse touchant dont l’histoire se situe dans une banlieue, ainsi que sa trilogie – encore une – L’autre, dont l’histoire est un poil trop tarabiscoté pour que je vous en parle aujourd’hui. La saga est cependant dans mon étagère et aura droit à un petit article sur ce blog !

Ce sera tout pour aujourd’hui ! A très vite 🙂

Chronique littéraire – Le mec de la tombe d’à côté

Hello !

Bon, cette chronique littéraire commence mal : second article sur le sujet et déjà quelques jours de décalage, ça ne va plus du tout ! J’ai cependant une bonne raison. Ah oui, hein ! N’allez pas croire que je n’ai pas lu, la semaine passée. Mais le travail m’a prit pas mal de temps, dont un samedi entier de réunion, oui oui, parfaitement. Bref, je suis en retard mais j’ai tout de même quelques petites choses pour vous.

Cette semaine, j’ai commencé à lire un roman étrange, recommandé par mon amoureux. Le mec de la tombe d’à côté, que ça s’appelle. C’est signé Katarina Mazetti et c’est paru aux éditions Babel.

Chronique Littéraire – Le mec de la tombe d’à côté

J’ai déniché cet ouvrage chez Trait d’union, une petite librairie-café de Noirmoutier en l’Île sympa comme tout. C’est le genre d’endroit où les livres sont empilés dans tous les coins, mais de façon très soignée et très organisée. Les libraires prennent le temps de noter quelques petits mots afin de mettre en avant leur coup de cœur du moment et on peut déguster un thé tout en bouquinant. Bref, j’adore.

Trait d’Union – Noirmoutier en l’Île

C’est clairement le genre d’endroit dans le-quel je pourrai passer mon temps. Le mec de la tombe d’à côté était donc coincé entre deux romans et je dois dire qu’avec sa couverture toute mignonne, édition de Noël oblige, les petites paillettes dorées y tout y tout, j’ai craqué. Et puis mon amoureux m’a dit, comme ça « Ah oui, je l’ai lu, il est très drôle ! » Bon, bin, euh, ok, je prend.

Et bien laissez-moi vous dire que pour le moment, le résultat est plus que mitigé. Je n’ai pas fini de le lire, certes, mais il y a un petit quelque chose qui bloque. C’est une histoire d’amour dans la-quelle les deux protagonistes se rencontrent dans un cimetière. L’une va sur la tombe de son ancien époux, l’autre sur celle de sa mère. Ils sont à priori totalement opposé mais comme chacun sait, les opposés s’attirent, oui oui oui ! C’est peut être l’histoire un poil simplette, le vocabulaire, tantôt vulgaire, tantôt travaillé. L’utilisation de la première personne, qui m’a toujours dérangé, ou encore le fait que le point de vue change à chaque chapitre : un coup la madame, un coup le monsieur. Je n’arrive pas à m’y faire, tout simplement. Ne pas terminer un livre n’étant pas dans mes habitudes, je vais me forcer pour le finir mais pour le moment, je ne suis clairement pas convaincue.

 Ce n’est pas tout, cependant ! La semaine passé, un collègue m’a prêté quelques BD. Clairement, ce n’est pas mon univers. Je n’y connais rien, ou presque, mais ça m’intéresse et je suis curieuse de découvrir ce milieu. Ça parle surtout science fiction et fantastique, deux genres qui me plaisent, donc pourquoi pas ! La première que je lirai sera donc East of West, co écrite par Jonathan Hickman au scénario, Nick Dragotta aux illustrations et Frank Martin à la colorisation.

Chronique Littéraire – East of West

J’ai eu un véritable coup de cœur pour les illustrations, très soignées, les lignes épurées qui rappellent clairement un univers SF. Reste à vérifier si le scénario suit, mais je n’ai aucune inquiétude !

C’est tout pour le moment ! Je n’oublierai pas de vous présenter mes découvertes BD dès qu’elles seront lues – et j’ai d’autres petites choses en préparation qui devraient arriver sous peu.

A bientôt !

Chronique Littéraire – A comme Association

Bonjour !

Me revoilà avec le premier article d’une série qui me tient tout particulièrement à cœur : ma petite chronique littéraire. Il y a quelques années, avant que je ne passe le plus clair de mon temps sur divers forums de jeux de rôle, je lisais beaucoup. Mais alors vraiment BEAUCOUP ! Dévorer quatre ou cinq livres par semaine, quand ce n’était pas plus, ne m’effrayais pas. Et puis le temps a filé et je me suis retrouvée plongée dans le grand univers d’internet, délaissant plus ou moins la lecture.

Ma petite chronique littéraire est là pour me pousser à lire, justement, afin de remédier un petit peu à tout cela. Le but est simple : un article par semaine, tous les lundis, afin de présenter un livre, un ouvrage qui m’a marqué. Vous y trouverez de tout, du livre jeunesse au roman adulte en passant, peut être, par le manga et la BD.

Pour cette toute première chronique, j’aimerai vous présenter A comme Association. Il s’agit d’une série de huits ouvrages, signés Erik L’Homme et Pierre Bottero, que j’ai dévoré lorsque j’étais étudiante.

Chronique littéraire – A comme Association

A comme Association raconte l’histoire de Jasper, lycéen de quinze ans, joueur de cornemuse dans son groupe de rock et surtout, agent stagiaire au sein de l’Association. Cette dernière a pour but de protéger notre monde des Anormaux, qu’ils soient vampires, garou, goules, troll, j’en passe et des meilleurs. L’intrigue se passe au cœur d’un Paris tout ce qu’il y a de plus banal : il s’agit bien de notre monde, l’univers des Normaux, dans lequel évoluent quelques Paranormaux, des êtres dotés de pouvoirs étranges. Jasper, par exemple, pratique la magie. Tout ce joli petit monde se croise tout au long des huit ouvrages, signés à tour de rôle par Erik L’Homme et Pierre Bottero.

A comme Association, c’est aussi une rencontre littéraire entre deux auteurs jeunesse que j’aime tout particulièrement : Erik L’Homme (Le livre des Etoiles, Phaenomen et plus récemment, Le regard des Princes à minuit) et Pierre Bottero (Tour B2, mon amour, La quête d’Ewilan, L’Autre, Les Âmes Croisées). Deux auteurs dont les univers sont à la fois proches, qui mêlent la fantasy, l’époque médiévale, la magie, … et très différents. Chacun explore son monde à sa manière, avec ses propres codes. Le mélange donne un résultat enchanteur, qui m’a fait rêvé durant des heures et des heures. La rencontre prend fin en novembre 2009, avec le décès de Pierre Bottero.

Pourquoi j’aime ? 

  • Parce que ça touche de près à l’univers fantasy, que j’aime particulièrement et dans lequel j’ai toujours évolué.
  • Parce que malgré tout, on garde les pieds bien ancrés dans le Paris que nous connaissons et qu’il s’agit d’une façon nouvelle, pour moi, de découvrir la fantasy.
  • Parce que les personnages principaux, Jasper et Ombe, sont, à leur façon, extrêmement attachants.
  • Parce que l’idée est originale.
  • Parce qu’une fois de plus, Pierre Bottero et Erik L’Homme démontrent que la littérature jeunesse peut être de grande qualité. Cette notion est à mon avis trop souvent oubliée …

Voilà pour cette fois ! J’espère que ce premier article de ma chronique littéraire vous aura intéressé et si, de votre côté, vous avez des suggestions de lecture, n’hésitez pas à me faire signe !

A très vite !

Birchbox – Flagrants Délices

Oulalaaaaaa … Depuis quand ne suis-je pas passé par ici, moi ? Un petit peu trop longtemps à mon avis ! J’ai lu il y a un instant un article qui parle – entre autre – de procrastination et … ouch ! c’est tout moi, ça. Bon. Va falloir y remédier. Du coup, le voici le voila, l’article sur la toute dernière Birchbox ! Je l’avais programmé pour lundi, mais mieux vaut tard que jamais – et entre nous, la semaine a été chargée.

B2 (1)

Birchbox, donc. Birchbox, c’est une beauty box qui assure un max. Attention, je n’ai absolument pas l’intention de faire de ce blog un beauty blog : je ne m’y connais pas assez et je n’ai pas suffisamment de placards chez moi pour ranger tous les produits qu’il faudrait tester. Et je n’en ai pas envie, tout simplement. Mais il me semblait difficile de passer à côté de Birchbox. Cette box propose, chaque mois, quatre ou cinq produits de beauté ainsi que quelques goodies, ou produits lifestyle. Elle coute 13€, frais de ports inclus, ce qui fait d’elle la box la moins chère du marché ! A l’inscription, il faut remplir un questionnaire afin de définir notre rapport à la beauté, le type de produits que l’on aime utiliser, la nature de notre peau … Pratique pour ne pas se retrouver avec ce super masque pour peaux sèches alors que … notre peau est mixte, par exemple. Pratique encore pour ne pas se retrouver noyée sous les échantillons de parfums lorsque l’on est clairement pas fan de ça.

On retient donc que Birchbox, c’est :

  • 4 ou 5 produits de beauté, au format découverte – et non pas échantillons en plastique tout pas pratique. Attention, un format petit, certes, mais qui permet toujours plusieurs usages, ce qui est très bien pour se faire une idée du produit.
  • 1 ou 2 goodies.
  • 1 petite carte illustrée de façon très chouette avec tout plein de conseils.
  • Enfin, il y a le site internet avec sa super boutique – dans laquelle on a plein de réduction facilement et qui est donc un appel à la dépense !

J’y suis inscrite depuis maintenant quatre mois et clairement, je n’ai pas l’intention de mettre fin à mon abonnement ! J’ai découvert tout un tas de produits très sympa et je compte bien continuer à en profiter encore un petit peu.

DSCF0185

Petit tour d’horizon de la box d’avril, à présent ! Comme le titre l’indique, Birchbox partait pour le mois d’avril sur le thème Flagrants délices. Le teaser avait été très clair, l’enfance était au programme, surtout avec la notion de gourmandise. En image, voilà ce que ça donne …

Birchbox Birchbox

  • Lipocil – Gel pour la pousse des cils – Talika. Comme ça, je ne sais pas trop quoi en penser, mais ça reste sympa de pouvoir tester ce genre de produit.
  • Intense body scrub – Kueshi. Une marque espagnole qui nous présente un exfoliant corps apparemment génial ! Je n’ai pas (encore) regardé sa composition de trop près mais une chose est sure : ce produit sens hyper bon !
  • How’Bout Them Apples ? – Thebalm Cosmetics. Mini blush et rouge en forme de pomme. J’ai reçu une belle couleur rouge vif, c’est super !
  • Gala’s Gem collection – Color Club. Un vernis tout mimi, blanc ivoire tout en nuance. Pourquoi pas, mais le blanc n’est pas forcément la couleur que j’aurai choisis. Petit hic, je le trouve particulièrement compliqué à appliquer. Le vernis est très épais, ce qui n’aide pas …
  • Menthe réglisse noir – Marvis. Un dentifrice au packaging rétro ultra mignon et au gout qui déboite – j’adore !
  • Night Cream – Befine. Une crème de nuit au chocolat et à la compo apparemment nickel ! Je n’ai pas encore testé mais … ça ne saurai tarder !

Pour le coup, j’ai trouvé la box impeccable ! Remplie bien comme il faut, avec des produits intéressants et à priori de bonne qualité, qui m’ont surpris – et je pense que c’est le plus important avec une box de ce type ! Bref, je suis une fois de plus ravie par Birchbox ! Si vous voulez tester, sachez que je peux vous parrainer avec ce tout petit code : http://birchbox.fr?raf=a81524116b

C’est tout pour aujourd’hui ! A très vite 🙂

 

Le Jeu de Rôle

Retrouver internet, c’est aussi retrouver sa productivité, du moins sur un blog. L’occasion pour moi de vous livrer un article qui me tient particulièrement à cœur, et auquel je songe depuis quelques temps déjà : le jeu de rôle. Mine de rien, ça tombe plutôt bien : c’est également le moment venu de vous parler de l’origine de mon blog – ou tout au moins de celle de ce pseudo.

C’est vrai ça, pourquoi Ange et Compagnie ?! Tout simplement parce qu’Ange est le prénom de l’un de mes personnages de jeu de rôle, un des personnages pour lequel j’ai le plus d’affection. Mais avant de vous en dire d’avantage sur ce jeune homme, quelques explications.

Le jeu de rôle, c’est quoi ? C’est, de façon très simple, le fait de jouer un personnage. Le jeu de rôle existe en format « papier » : il s’agit plus ou moins d’un jeu de société où, via des lancés de dés, les personnages de différents joueurs entrent en interaction. Tous ensemble, les joueurs racontent une histoire : dans tel univers, untel va rencontrer truc muche, puis ils devront faire ceci, cela, … Tout cela se joue à l’oral, assis autour d’une table. C’est la forme la plus courante du jeu de rôle. On retrouve aussi le « grandeur nature » : même affaire, si ce n’est que le joueur est costumé et interprète son personnage. Les organisateurs trouvent un lieu, mettent en place une intrigue, … C’est aux joueurs de créer leur personnage en fonction du contexte et après, roule ma poule ! Il s’agit de deux formes de jeu de rôle que je connais assez peu.

Mon dada à moi, c’est la version forum. Pour le coup, tout s’écrit ! A partir d’un contexte, on créé un personnage, on le fait entrer en interaction avec les personnages d’autres joueurs, les autres joueurs deviennent de super potes (Miss Cordy, kass dédi o/). Ce qui est sympa, c’est que les plateformes de forum telles que forumactif proposent tout un tas d’options avancées qui permettent de créer, entre autre, un profil de qualité pour chaque joueur, des lancés de dés virtuels, … Après, c’est aux administrateurs de se montrer ingénieux dans la création de leurs univers !

En gros, le jeu de rôle, c’est ça.

De mon côté, j’ai principalement joué sur l’univers de Harry Potter. Hé oui, je suis une grande fan ! En tout et pour tout, ma collection de personnages atteint bien une dizaine de bonhommes. Petit panoramique des grands favoris, de ceux qui m’ont le plus marqué. Et un petit aperçu de quelques bidouillages photoshopesques au passage, pas du grand art, mais bon …

  • Lucy, petite gryffondor de 14 ans. Pétillante, tête en l’air, naïve et bisounours, le programme était survitaminé ! Je l’ai joué durant six mois et reste très attaché à elle.
  • Deborah, adulte d’une vingtaine d’années. Une auror très clean, mais avec une famille qui ne l’était pas tellement. Personnage chiant, hautaine et dédaigneuse, j’ai adoré la jouer !
  • Neville, en mode adulte. Professeur de botanique à Poudlard, il est très attaché à ses plantes et leur distribue tout plein de petits noms ridicules. Pour tout un tas de raisons, le forum a fermé quelques semaines après la création de Neville. J’ai perdu tout ce que j’avais sur lui, pas d’avatar pour le mister donc …

Tout trois ont été joués sur Hogwarts Chronicles, forum aujourd’hui fermé.

  • Alan, un Serdaigle de 15 ans. Je n’avais pas d’idées si arrêtées que ça avant de le jouer, mais il est très vite devenu LE personnage coup de cœur, celui que j’ai préféré – et que je préfère toujours. Il est timide, très renfermé et gay – et n’assume peut être pas si bien qu’il voudrait le croire.
  • Hayley est une fille de mangemort qui ne partage pas les idéaux de sa famille. Elle a la petite vingtaine et a vécu cachée dans le monde moldu. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et peut se montrer un rien vulgaire !
  • Logan est un petit con de vingt cinq ans, il est partagé entre monde moldu et monde sorcier et ça lui va très bien comme ça, merci pour lui. C’est un kéké de base, le genre de mec bien relou qui n’a pas tout comprit à la vie …

Ils ont été joués sur Ashes of Chaos, forum sur lequel j’ai passé le plus de temps – et qui est lui aussi fermé.

  • Ange, enfin. Il s’agit encore d’un serdaigle de 15 ans – décidément ! Il ressemble un petit peu à Alan : timide, réservé, bosseur, gay … Ange est également un garçon autiste, qui a des réactions étranges, qui surprend. C’est un personnage compliqué à jouer mais vraiment très très attachant ! Et pour finir, c’est lui qui a donné son prénom à ce blog !

Ange était joué sur Turn On the Light, forum sur lequel j’étais administratrice. Comme les autres, il a finit par fermer.

Ces personnages, vous risquez d’en entendre parler encore un petit peu ! J’envisage de vous livrer quelques écrits sur eux, des anciens, des nouveaux, des que je ferai pour l’occasion, peut être ! Je n’y ai pas encore réfléchi dans le détail – mais ils vont repasser par ici, c’est sur et certain !